Position des élus sur les accès français au tunnel du Lyon-Turin

Grand Gabarit

Le 27 janvier 2022, les Présidents d’intercommunalités de Maurienne, Mme Sophie Verney Conseillère départementale et Mr Philippe Rollet, Maire de Saint-Jean-de-Maurienne se retrouvaient à Villargondran pour signer le communiqué qui fait entendre leur position commune sur le choix du scénario « Grand Gabarit ».

Le choix du scénario « Grand Gabarit »

Cette décision est une étape clé pour l’avenir de la vallée de la Maurienne, qui déterminera l’accès en amont du tunnel sur le territoire Français.

Après l’attribution des derniers marchés de travaux pour plus de 3 milliards d’euros, le chantier de construction de la section transfrontalière du Lyon-Turin, se poursuit en vue de son achèvement en 2030. D’ores et déjà, la Maurienne accueille des centaines d’ouvriers, vit au rythme du Grand Chantier et se transforme dans ses différentes infrastructures.

L’enjeu pour la vallée se situe désormais sur la réalisation des accès français et le choix d’une première étape de réalisation de l’itinéraire de Lyon à Saint-Jean-de-Maurienne.

Le Préfet de Région a sollicité l’avis des collectivités sur le scénario à retenir parmi 3 propositions. Les élus Mauriennais, à l’unanimité, demandent que soit retenu le scénario « Grand Gabarit ». C’est le choix que fait aussi le Conseil Départemental de Savoie.

Sophie Verney

Les élus Mauriennais exigent d’abord que soient prioritairement pris en compte les intérêts de la vallée et de ses habitants. En effet ils sont déjà impactés fortement par le chantier et supportent ses nuisances à la hauteur de ce qu’apportera le chantier en termes d’emploi, de qualité de vie et de désenclavement. Une régression de la qualité de vie des mauriennais, en termes de nuisances et de pollution de l’air n’est pas une option dans le choix des accès français.

Ils ne comprendraient pas, en outre, que les accès français ne privilégient pas le Fret et que, par conséquent, ils ne soient pas calibrés à la hauteur des ouvrages italiens qui permettront de transporter 25 millions de tonnes de marchandises annuels.

Les conséquences de l’option « Grand Gabarit » non retenue

Si cette option n’était pas retenue (donc sans construire les tunnels sous Chartreuse, Belledonne et Glandon) le Fret devrait emprunter la ligne historique Chambéry-Montmélian-Maurienne. Cela empêcherait de développer le Fret au-delà de 18 millions de tonnes et une majorité de transport de marchandise vers l’Italie se ferait par camion, accentuant la pollution et l’encombrement de la Vallée. Saturée par le Fret et les trains à grandes vitesses, la ligne historique ne permettrait plus le développement du TER et des liaisons locales.

Les élus Mauriennais ne souhaitent qu’une chose : la pleine réussite de cette liaison ferroviaire. Aussi, ils exigent le seul scénario qui utilisera au maximum les capacités offertes par ces nouvelles infrastructures et qui apportera un gain de qualité de vie pour ses habitants.

Pour le phasage de la réalisation du scénario retenu, les élus de Maurienne ajoutent que la mise en service du tunnel sous Chartreuse ne doit pas être reportée au-delà de 2032 afin de ne pas imposer de discontinuité dans la succession des chantiers, et perdre le bénéfice de la qualification de la main d’œuvre locale.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×